Premier traumatisme : la naissance

Le corps ostéopathique s’accorde à dire que tous les bébés devraient être examinés par un ostéopathe dès les premières semaines. Bien sur, le premier traumatisme est la naissance. Le bébé est exposé aux premières fortes contraintes mécaniques avec l’accouchement. Le passage est très violent pour le corps. Heureusement les bébés sont très malléables et s’adaptent. Pourtant, déjà, nous pouvons percevoir des répercussions sur le corps de l’enfant qui pourront s’intensifier avec le temps et finiront par faire partie du « terrain », non réversible, une fois le corps à maturité. Pour cette raison il est conseillé de consulter après la naissance et à plus forte raison si l’enfant présente des troubles.

les conditions d’accouchement peuvent aussi vous indiquer la nécessité de consulter : par exemple cordon autour du cou, pression exercé sur le ventre de la maman, forceps, présentation par le siège, péridurale etc…

La naissance par césarienne n’est pas moins contraignante pour le bébé car si le passage par voie basse peut être difficile il est nécessaire pour activer certaines secrétions hormonales qui favoriseront son réveil et la maturation de ses poumons. La pression mécanique favorise l’essorage de son thorax pour extraire le liquide amniotique présent dans ses poumons.

Tout s’est bien déroulé:soignez bébé

Dans les meilleurs des  cas, l’accouchement se passe très bien mais votre enfant peut présenter une certaine rigidité, il ne relâche pas tout à fait ses mains, ou bien lorsque vous le portez vous sentez une tension globale. Cela peut perturber ses nuits ou sa digestion. L’ostéopathe peut détecter dès le début des zones de tensions chez le bébé qui peuvent expliquer les problèmes de reflux, de nuits difficiles, de mauvaises positions (exemple de la tête toujours tournée d’un côté), des pleurs permanent, atone ou au contraire trop réactif, problèmes orl etc…

 

Citation Andrew Taylor Still

Extrait du livre « Ostéopathie, Recherche et Pratique » du Dc Andrew Taylor Still :

« Soins des nourrissons et des enfants : bébés qui pleurent

bébé et ostéopathie alliance de choc

Bien joué Doc !

L’ostéopathe efficace sera très souvent appelé pour traiter les enfants de tous âges. De nombreux bébés, âgés seulement de quelques jours ou de quelques semaines, pleurent inlassablement, défiant, l’habileté du médecin, des infirmières, et de tous ceux qui voudraient les soulager. Tous les remèdes de famille et toutes les prescriptions douces et calmantes du docteur ont été essayés; mais le bébé continue de pleurer nuit et jour, endormi ou éveillé. C’est une situation pitoyable et ressentie par tous ceux qui voient le pauvre petit. Pendant les premières semaines, il a été un très bel enfant tranquille et tout à coup, il se réveille en pleurant et continue de pleurer. Sans plus attendre, je vais vous communiquer mon expérience et mes succès de vingt-cinq ans, concernant ces petits enfants souffrants.

« Lorsque l’enfant tousse, que sa gorge est douloureuse ou ses amygdales enflées,… (Par 569)

D’autres pleurs, provenant d’enfants au teint bleuâtre. Ils sautent dans leur sommeil comme s’ils étaient effrayés… (Par 570)

Il y a encore ceux qui souffrent de coliques ou de crampes dans la région de l’estomac et des intestins, peinent pour aller à la salle, souffrant de crampes et violentes coliques et dont les déjections sont abondantes et très gluantes… (Par 571)

D’autres enfants crient chaque fois qu’on les prend, montrant là qu’ils souffrent beaucoup en quelque endroit du corps… (par 572)

…J’ai dans ces cas obtenu les mêmes bons résultats. » (Par 570)

L’équilibre familial:

Dans les problématiques d’endormissement, de pleurs … ce sont les parents qui finissent par avoir besoins de consulter à cause de l’épuisement. Pensez donc a consulter pour toute la famille avant que plus personnes n’ai de ressources ni de patience. Le bébé en retire un apaisement qui lui permettra d’accomplir son développement plus facilement.

La famille est une entité. Ce qui affecte l’un des membres affecte l’ensemble. On le comprends facilement dans les grandes épreuves lorsqu’un conjoint est en situation de licenciement, de changement de poste, ou lorsqu’il est atteint d’une maladie invalidante. A moindre échelle, une grippe, une frustration qui replie sur soi, une douleur, peut modifier votre comportement et perturber ce que vous apportiez à votre famille. Pour l’équilibre de vos enfants, pensez aussi à vous.